• L'Art et Docteur.

    - Mélissa -

    Finalement, j'ai choisi le club d'art, j'étais sûre que j'allais aimer, puis Kelly n'avait pas l'air très à l'aise à l'idée de se retrouver toute seule face à des inconnus, moi non plus d'un côté, même si je ne me prenais pas trop la tête en me demandant ce qu'ils penseraient de moi. Donc bon, en y réfléchissant, c'était pas plus mal d'être à deux pour affronter ça non ? Du coup, après les cours de la matinée, que j'ai trouvé assez intéressants d'ailleurs, on s'est retrouvées à l'entrée de la cour pour s'y rendre toutes les deux. Il y avait une salle d'arts plastiques au lycée, mais pour se rencontrer on nous avait donné rendez-vous dehors, pas loin de la très reconnaissable cabane du club de jardinage. Au passage j'ai croisé Daniella qui discutait avec son frère à côté des plantes fraîchement plantées.

    Kelly et moi nous sommes donc rendues juste à côté, où un chevalet et un établi étaient déjà occupé par deux élèves, tandis que celui que je supposais être le chef de club vint à notre rencontre.

    - Salut les filles, moi c'est Lloyle, sur l'établi c'est Michel et au chevalet Léa.

    On s'est présentées chacune notre tour avant qu'il n'enchaîne :

    - Bon, si on voyait ce que vous valez avec vos doigts hein ? Vous inquiétez pas on va pas vous juger sur le talent, mais on est là pour partager après tout.

    Je savais Kelly peu à l'aise, alors je me lançais en premier. Léa ôta sa toile en cours du chevalet pour que je puisse en débuter une nouvelle, que pouvais-je bien y peindre ? Bon, ce n'était peut-être ni le lieu ni le moment, mais j'avais une envie depuis quelques temps...

    Pendant ce temps, Lloyle encouragea Kelly à tenter la sculpture, bien qu'elle lui expliqua ne pas du tout s'y connaître dans ce domaine, il lui assura qu'il lui montrerait les gestes pour ne pas se blesser, et que c'était toujours sympa de découvrir quelque chose de nouveau.

    Finalement, elle a eu l'air un peu plus à l'aise en voyant que ça lui était bien égal qu'elle rate ses angles, et qu'il souhaitait juste lui faire découvrir quelque chose de nouveau. Moi mon côté solitaire aurait sans doute préféré peindre une toile seule dans mon chambre plutôt qu'ici à la vue de tous, mais personne n'avait l'air d'y prêter grande attention en dehors des membres du club, alors je m'efforçais d'oublier ce léger malaise. Puis, c'était tout de même plus sympa de peindre en extérieur, il faudrait que j'essaie à l'avenir tiens, dans mon jardin quand personne ne regarde bien sûr.

    - Eh bien Mélissa je trouvais déjà tes croquis très jolis mais en fait tu es vraiment douée.

    J'esquissai un sourire reconnaissant, bien que je n'ai pas encore tout à fait terminé ma toile.

    - Merci, j'essaie d'y mettre ce que je ressens.

    En l’occurrence, ici, je pensais à Docteur, je n'étais pas la plus proche des plantes vaches dans ma famille, mais je me doutais que si on avait plus ou moins la paix avec les Plènozas, c'était quand même grâce à elle. Quand je pense qu'ils ne s'étaient pas gêné pour débarquer sur le terrain de papa quand il galérait plus jeune ! Aujourd'hui, je suis plutôt fière du chemin parcouru par mon père. Cette remarque eut l'air d'ailleurs d'enchanter Lloyle. Finalement ces deux heures de club étaient vraiment agréables et sans prise de tête, ça coupait vraiment des cours. Cours qui me parurent passer très vite, décidément ce qu'on apprenait était vraiment tout nouveau, et j'aimais bien découvrir de nouvelles choses. Sur le chemin du bus je discutais encore avec Kelly.

    - Alors qu'est-ce que tu as pensé du club toi ?

    - C'était sympa ! Ils sont gentils et ils ne jugent vraiment pas, ça fait plaisir.

    Décidément, il y avait quelque chose entre elle et les opinions des autres, je ne cherchais pourtant pas à creuser, si elle avait envie d'en parler elle le ferait.

    J'avais prévu de me rendre chez François après les cours, ayant peu de devoirs pour mercredi, je descendis donc deux arrêts avant chez moi, pour avoir l'occasion d'écouter une bonne histoire. Ma bonne humeur a été assez vite plombée tout de même, j'avais oublié que du coup il descendait au même arrêt que moi...

    - Hé, Mélissa !

    Je ne m'arrêtai pas, ne prenant même pas la peine de me retourner ayant reconnu sa voix, mais il eut tôt fait de me rejoindre.

    - Tu vas chez le v... mon grand-père je suppose, on fait le chemin ensemble ?

    Est-ce que j'ai l'air d'avoir le choix puisque de toute façon on se rend au même endroit ? Je répondis d'un haussement d'épaules, reportant le regard devant moi. Mais bon, il n'avait pas l'air décidé à me lâcher.

    - Hum... et ça c'est bien passé ta journée ?

    Je me suis tournée vers lui, les traits tendus, il commence à se faire lourd là, y'aurait deux-trois petites choses à mettre au clair.

    - Bon écoute Théodore, je sais pas pourquoi d'un seul coup tu as décidé de faire semblant d'être sympa, mais tu peux retourner avec tes potes faire je ne sais quel pari ridicule ou me faire passer pour une gamine idiote encore accro aux histoires, puisque c'est tout ce que tu sais faire être odieux avec les autres !

    Je n'ai pas prêté attention à son air autant surpris qu’embarrassé et j'ai repris mon chemin, et cette fois il m'a fichu la paix et ce n'était pas trop tôt ! Comme si j'allais oublier en deux échanges pseudo-aimables la façon dont il parle à François et dont il me parlait à moi avant ! Point positif, c'est que j'ai eu la paix tout le long où je suis restée là-bas, et que j'ai pu rentrer tranquillement chez moi, de bonne humeur après une belle histoire.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :